Montpellier Hérault Sport Club (MHSC)


Plan du site | Forum | Recherche    
Facebook | Twitter | RSS    

   Actualité

   Le club

   Articles

   Stade

   Histoire

   Dossiers divers

   Championnat L1

   Coupe de France

   Coupe de la Ligue

   Coupes d'Europe

   Joueurs

   Classics

   Hit-parade

   Videos

   Photos

   Radio

   Forums

   ChatRoom

   Sondages

   Prostiks

   Inscriptions

   Annuaire

   Credits

   Rencontres

   Association

   Ufolep

   Partenaires

   Liens

   Infos Site

   Contact

   FAQ

   Archives

   Plan




   Feuille de match
aller vers le match précédentaller vers le match suivant
2 - 2
Schalke 04 50004 spectateurs Montpellier

· Conditions :
A Gelsenkirchen, stade Veltins-Arena (Arena AufSchalke)
Le 3 Octobre, Schalke 04 et Montpellier 2 à 2 (1-1)


· Arbitre :
    Mr Karasev


· Buts :
    Schalke 04 : Draxler (26'), Huntelaar (53')
    Montpellier : Aït-fana (13'), Camara (90')


· Avertissements :
    Schalke 04 : Huntelaar (24'), Holtby (34')
    Montpellier : Saihi (35'), Estrada (45'), Camara (60'), Cabella (70'), Congré (72')


· Exclusions :
    Schalke 04 : Aucun
    Montpellier : Bocaly (52


· Effectifs :

    Schalke 04 :
Unnerstall, Uchida, Papadopoulos, Howedes, Fuchs, Neustadter, Hoger, Draxler (Affelay 55'), Holtby (Barnetta 84'), Pukki (Farfan 66'), Huntelaar.

    Montpellier :
Jourdren, Stambouli, Hilton, Mbiwa, Bocaly, Saihi, Estrada (Marveaux 68'), Belhanda (Tinhan 68'), Aït-fana (Congré 55'), Cabella, Camara.


· Résumé de la rencontre :



Résumé AFP :

Ligue des champions: Montpellier ramène son premier point de Schalke

Montpellier, réduit à dix à la 52e minute, a glané son premier point en Ligue des champions face à Schalke 04 (2-2) grâce à l'égalisation de Camara en toute fin de rencontre, mercredi soir au Veltins Arena, pour la deuxième journée du groupe B.

Comme contre Arsenal quinze jours plus tôt, les hommes de René Girard ont ouvert la marque. Comme contre les Anglais, ils ont plié ensuite deux fois devant à un coup de patte de Camara de réussir le pari de ramener un point d'Allemagne.

Montpellier est troisième du groupe devant l'Olympiakos, battu en Angleterre (3-1).

"On n'a rien à perdre", avait annoncé René Girard, abordant avec plus de confiance et de sérénité, emmagasinées contre Arsenal (1-2) puis à Nancy (2-0), la deuxième apparition du club sur la grande scène européenne.

Comme à Nancy, Girard avait maintenu sa confiance en Camara en pointe, aux dépens de l'Argentin Herrera, tandis que Huub Stevens alignait le jeune Pukki aux côtés de Huntelaar, gardant en réserve Farfan et Afellay.

La mission s'annonçait compliquée pour les Héraultais face à une équipe invaincue dans son chaudron lors de ses 12 derniers matches de poules en compétitions européennes (C1 et C3).

Les hommes de Girard semblaient pourtant avoir laissé les complexes au vestiaire. Et, divine surprise, ils ouvraient la marque d'une belle frappe enroulée d'Ait-Fana (13), bien servi par Belhanda, pour mener au score comme contre Arsenal deux semaines plus tôt!

Treize minutes, c'est aussi ce qu'il fallait à Draxler pour égaliser. Servi subtilement par Huntelaar, sur lequel étaient concentrés Hilton et Yanga-Mbiwa, le jeune international partait dans le dos de la défense pour gagner son duel avec Jourdren (1-1, 26).

Face à une équipe relancée, les Héraultais se montraient plus approximatifs, et certains un peu trop nerveux, comme Saihi, ce qui valait à ce dernier un carton jaune et un avertissement verbal du coach lui demandant de ne plus céder aux provocations adverses.

Mais le suspense était toujours de mise à la pause...

Sous pression au retour des vestiaires, les champions de France avaient du mal. Et cédaient une fois encore à ce diable de Draxler. Le jeune international se jouait de Hilton et Yanga-Mbiwa à l'entrée de la surface pour être stoppé irrégulièrement par Bocaly (52) qui a été exclu dans la foulée.

Le penalty indiscutable était transformé par Huntelaar (53) alors que Draxler quittait le terrain sur une civière, souffrant du poignet droit.

Le courage des Montpelliérains se heurtait aux coups de butoirs adverses. Et il fallait une parade splendide de Jourdren pour empêcher une volée de Huntelaar de finir sa course dans les filets (66).

Les entrées de Congré, Marveaux et Tinhan ne changeaient rien à la physionomie de la rencontre, les Héraultais étant sauvé d'une addition plus lourde par la maladresse incroyable de Huntelaar et Afellay.

Jusqu'à ce contre montpelliérain: Camara héritait du ballon et frappait sans se poser de question pour loger le cuir dans le petit filet opposé (90).

Par Stéphane GHAZARIAN | AFP






Résumé Reuters :

Ligue des champions: Camara, héros de Montpellier à Schalke

GELSENKIRCHEN, Allemagne (Reuters) - Souleymane Camara a permis à Montpellier, bien que réduit à 10 à la 55e minute, d'aller arracher le match nul 2-2 sur le terrain de Schalke 04, lors de la deuxième journée de la phase de groupe de la Ligue des champions.

L'attaquant sénégalais a marqué à la 90e minute à la Veltins-Arena de Gelsenkirchen, pour quitter la dernière place du groupe B qu'occupe seul désormais l'Olympiakos, battu 3-1 à l'Emirates Stadium d'Arsenal.

"Félicitations à tout le groupe. On y a cru jusqu'au bout. Sur le but, j'étais tout seul, Jonathan (Tinhan) a voulu mettre la balle, il a été contré et j'ai rattrapé. C'est le travail de tout le groupe", a modestement dit sur beIN sport, Camara.

Son entraîneur, René Girard, n'a pas tari d'éloges sur son attaquant. "Il n'y a que Souleymane pour faire des trucs pareils, sortir un but venu d'un autre monde, ce sont des buts importants, pour lui, cela doit être énorme et pour le club c'est quelque chose de fantastique", a-t-il dit en conférence de presse, avant de regretter la suffisance dont avaient fait preuve les Allemands.

"Je crois que c'est un match qui va nous faire du bien (...) Finir à dix, comme cela... Je pense que cette équipe nous a manqué de respect, à commencer par le coach (Huud Stevens), virulent. Quand on ne respecte pas une équipe, on le paie, c'est un scénario superbe."

Comme contre Arsenal il y a 15 jours à la Mosson, Montpellier, champion de France en titre mais actuellement 13e de la Ligue 1, a ouvert le score sur le terrain du club allemand.


A la 13e minute, Karim Aït-Fana, servi par Rémy Cabella, a contrôlé le ballon à l'entrée de la surface après avoir crocheté le Japonais Atsuto Uchida et livré une frappe enroulée du droit pour permettre aux hommes de René Girard de prendre les rênes de la rencontre.

Mais, comme contre l'équipe d'Arsène Wenger lors du premier match de la phase de groupe de la compétition, cet avantage a été de courte durée. A la 26e minute, le jeune Julian Draxler a remis les deux équipes à égalité.

Sur une passe de l'attaquant néerlandais Klaas-Jan Huntelaar, le milieu de terrain de 19 ans a effacé deux défenseurs héraultais puis trompé le gardien Geoffrey Jourdren, d'un tir croisé à ras-de-terre.





"PAS PLUS COUILLONS QUE LES AUTRES"

A la mi-temps, les deux formations se sont séparées sur ce score de parité, permettant à Montpellier d'entretenir l'espoir face au quatrième de la Bundesliga.
Un espoir qui n'allait durer que 10 minutes en deuxième période.

A la 55e minute, le défenseur de Montpellier Garry Bocaly s'est rendu coupable d'un croche-pied sur Draxler à l'entrée de la surface de réparation, ce qui lui a logiquement valu un carton rouge synonyme d'expulsion.

Huntelaar s'est chargé de réparer l'affront pour donner l'avantage à Schalke. Draxler a, lui, été évacué sur une civière - vraisemblablement touché au bras - et remplacé par le milieu de terrain néerlandais Ibrahim Affelay.

Dès lors, à 10 contre 11, la tâche de l'équipe du président Louis Nicollin est devenue mission impossible. Ses joueurs n'ont cependant pas baissé les bras, à l'image de Jourdren qui, à la 65e minute, a repoussé avec autorité une frappe de Huntelaar.

Les Allemands, demi-finalistes de l'épreuve en 2011, ont eu beau faire le forcing, ils ne sont pas parvenus à percer la défense du club français et c'est finalement Camara qui a libéré les siens alors que la situation paraissait désespérée.
Montpellier, qui dispute la première Ligue des champions de son histoire, quitte ainsi la dernière place du groupe B et pointe en troisième position derrière Arsenal, seul en tête, et Schalke.
L'Olympiakos est dernier avant sa double confrontation avec Montpellier, à la Mosson, le 24 octobre, puis en Grèce le 6 novembre.

"On n'avait pas pris de point à la maison contre Arsenal, j'avais dit que un point ou trois, ce serait un bon résultat, je suis très content, la Ligue des champions continue, mais l'Europa League aussi", a conclu Girard.

"Il reste deux confrontations Arsenal-Schalke qui peuvent se neutraliser, alors pourquoi pas, on a vu que sur les deux matches, on n'était pas plus couillons que les autres, on est là, que cela plaise ou pas, avec beaucoup de courage, On ne pourra pas nous enlever ça."

Karolos Grohmann, Chrystel Boulet-Euchin pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse






Article 20 minutes :

Le coach héraultais s'est laissé aller lors de la 2e journée de la Ligue des champions...

Oui, le caractère sanguin de René Girard est donc exportable hors de France. Et même en Ligue des champions. Mercredi soir, l’entraîneur montpelliérain s’est laissé à aller à un geste qui devrait lui valoir un coup de fil rapide de l’UEFA: un doigt d’honneur en bonne et due en forme à l’intention de Hub Stevens, le coach de Schalke 04, au bout du temps additionnel. «J’ai rouspété deux, trois fois après l’arbitre, qui ne sanctionnait pas les garçons, et ça n’a pas plu à leur entraîneur. Il est venu s’adresser à moi. Je ne dirai pas ce qu’il m’a dit car je ne comprends pas bien l’allemand et moi je lui ai parlé en patois, c’était sympa», raconte René Girard à BeIn Sport, après le match nul de son équipe (2-2).




«Il faut respecter les gens et il (Stevens, ndlr) ne l’a pas fait»

De manière générale, c’est l’accueil qui a été réservé à son équipe qui a fini par faire craquer le coach montpelliérain. «Ça s’est prolongé même au-delà du coup de sifflet final car il faut respecter les gens et il (Stevens, ndlr) ne l’a pas fait. Et sur le terrain ils ne nous ont pas respectés non plus. Il y a un beau match retour à faire», promet Girard. Qui le verra donc peut-être des tribunes, si l’UEFA se charge de le suspendre pour son doigt d’honneur.







Certaines fiches de match ne sont pas encore complètes. Participez librement à cette base de données en utilisant WikiMi





Copyright © 2002-2008 | MontpellierInteractif.com | Tous droits réservés
Plan du site | Contact | Informations légales | Partenaires | Haut de page